L’agility

C’est d’Angleterre que nous est venue cette discipline.

Deux personnes contribuent à l’essor de cette discipline en France : Jean-Paul Petitdidier, qui après une rencontre avec l’anglais Peter Lewis, élabore un projet de règlement présenté à la S.C.C. le 20 octobre 1987. Le 1er janvier 1988 la S.C.C. homologue définitivement l’Agility.
C’est une activité ludique comprenant : un règlement sportif et un cahier des charges .

Toute personne désirant pratiquer doit être titulaire d’une licence délivrée par la Société Centrale Canine via la commission Nationale d’Education et Agility.

Les conditions d’attribution de cette licence, réservée aux membres d’une association affiliée sont subordonnées à l’engagement du licencié à respecter les règlements généraux de la Cynophilie française.

Il existe 4 catégories de chiens selon leur taille et leur vélocité:

  • Catégorie A pour les chiens de moins 37cm au garrot.
    Catégorie B pour les chiens de 37cm et moins de 47cm au garrot.
  • Catégorie C pour les chiens de 47cm et plus au garrot.
    Catégorie D pour les chiens molossoïdes, ou les chiens peu véloces comme le Dogue allemand, Léonberg, Rotweiller etc…

En fonction de ces différentes catégories le juge règlera la hauteur des sauts correspondant à la catégorie :

  • A 35cm
  • B et D 45cm
    C 60cm

Il adaptera également la vitesse d’évolution pour chacune d’elle. Ex : 2,20 mètres/seconde, en catégorie A pour une épreuve avec zone Agility.

Il est utile de préciser que tous les chiens, LOF ou pas peuvent faire de l’agility. Cependant les chiens non LOF n’ont pas accès à toutes les compétitions.